/Users/rivaz/Downloads/BingSiteAuth-2.xml
top of page

Social themes, manners pictorial representations

J'essaie de représenter la nature humaine
avec toute la naïveté dont je suis capable.

Jean-Pierre Pernaut et Loeb, pilotes course, portraits, peinture à l'huile
pilote-dessin_edited.jpg

One pilot.

Pilots

La peinture est un moyen idéal pour décrire notre société

au même titre que la littérature, le cinéma ou la bd.

Un tableau, c'est un scénario résumé en une image.

La forme classique avec sa composition, dont chaque élément exprime une idée, a encore toute sa pertinence.

Motard rouge avec têtes de mort, peinture acrylique, portrait

Motard 
Huile/toile. 100 x 100. 2007

Jeunes lions ou vieux boucs, mes personnages masculins se déguisent en cow-boy, en héros de cinéma américain. Leur panoplie les grandit. Ils se la pètent. Leur organe de séduction, c'est la bagnole ou la moto.

supporter déconfiné

Supporter déconfiné.
Huile/toile. 92 x 73. 2022.

C'est plus fort que moi, il faut que je représente ce qui m'angoisse chez l'humain.

La religion du sport.

 

Les performances sportives nous sont présentées comme un progrès. Celui d'une humanité toujours plus puissante, plus technique, dépassant ses faiblesses pour atteindre à  l'invincibilité. 

C'est l'allégation d'une entreprise de décervelage qui ne connait pas la crise. Elle occupe l'espace médiatique, nourrit les nationalismes et les communautarismes. La grande confraternité de ceux qui se ressemblent me fait peur. L'unisson dans les chants guerriers, les slogans contaminés par l'insulte et la haine, les journalistes hystéros qui chauffent le public, m'évoquent les manifestations de masses des régimes totalitaires. Les instances dirigeantes sportives ont généré un totalitarisme planétaire.

Mes portraits de hooligans sont le portrait de l'abrutissement et de la haine.

Hooligan

Footballisticus Crétinovirus. 

Huile/toile. 92 x 73; 2020

Superman sauvant une playmate, dessin encre et couleur

Superman sauvant une jeune femme. 

Dessin encre et bille. 2019.

lovegun_edited.jpg
Téléspectateur dans canapé, peinture à l'huile, art cinétique

Avenge-Us !

Présentateur de J. T, portrait peinture à l'huile, art cinétique

Johnnystar on crapper - T.V News

I like to use of irony. Humour is a self-defense system, a vaccine agains external agressions. It's also a tonic, because what makes me laugh makes me feel good. 

Paradox gives birth to humour. I love using of paradox. When i paint a consumer with his cart, a TV viewer in his sofa, a hooligan, i want people to exclaim : " Oh ! How beautiful  it is, how splendid !

Téléspectateur dans canapé, peinture à l'huile, art cinétique

19h45.
Huile/toile. 100 x 81. 2006

Cow boy aux cheveux blonds, sur fond de ciel bleu, portrait peinture acrylique

Gare au Cow-Boy.
Huile/toile. 130 x 97 2013.

The executioner's retreat 

Foule devant guillotine, peinture huile, détail
Condamné devant guillotine, peinture huile, détail
Foule devant chaise électrique, peinture huile, détail
Bourreau en pantoufles, portrait, peinture huile

—  and details. Oil/canvas. 100 x 81. 2011

Command by L'Aigle Town hall, for 30th anniversary 

of death penalty abolition.

Article de Luis Porquet pour Les Affiches de Normandie, 2009.

"Si certains peintres ont l'obsession de ne pas troubler l'ordre établi, d'autres s'emploient à dénoncer les comportements de leur époque. Olivier de Rivaz, qui nous vient de Basse-Normandie, entre plutôt dans cette catégorie.

 

Doté d'un sens inné de la caricature, qu'il n'hésite jamais à pousser à outrance, ce peintre tout à fait sociable dénonce les nouveaux "Ubu", moins reluisants encore que le modèle d'Alfred Jarry. Entre les couinements de "Love Gun", mélange d'orifice anal et de hure porcine, et les imprécations du "Supporter Chapon", celui qu'on pourrait mettre à cuire après le match, il stigmatise les tares d'un monde basé sur la violence et l'écrasement des plus faibles. On a, en quelque sorte, le sport que l'on mérite, et les enjeux qu'il met en œuvre ne peuvent qu'accentuer la noirceur du tableau. (…)

 

Refusant le compromis, de Rivaz charge la bête. Du "Supercop" armé à l'animateur du J.T, du chasseur compulsif au prédateur bourré de cognac, il fustige les champions de la difformité humaine en affublant ses œuvres de légendes mitonnées : "De l'actualité, c'est le cordon bleu" nous dit-il d'un présentateur d'actualités télévisées, ou encore de cet autre : "On pourrait l'appeler Milou, car pour l'info, on fait tintin".

 

Voilà pour quelques têtes de chiens. Mardi Gras rassemble ses troupes. Les zombies bedonnants du peintre ne sont que des tubes digestifs (…) sur lesquels surfent les nouveaux maîtres de l'arnaque et du mensonge bien emballé. Leur rictus a de quoi faire trembler la démocratie. Rassurez-vous, ce n'est que de la peinture. Tout va bien. Le désordre est sauf. S'en donnant à cœur joie, de Rivaz, qui est sans doute l'une des personnes les plus calmes que nous connaissions, s'amuse aux dépens de l'absurde.

Consommateur poussant caddie, esquisse, dessin artistique

Haut de page

Olivier de Rivaz — peintre —Société

bottom of page